shutterstock_1843604542.jpg

Christophe Coquin

"Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! C’est la loi."

L'horloge - Charles Baudelaire

Livres

test couverture4 phrase J chalon.jpg

On n'enterre jamais nos morts

Dans le cerveau, 

la mort

1ER COUV_modifié-1_modifié-1.jpg

Faut-il te pardonner?

LULU- 1ER COUV INTERNES.jpg

Internés

Le crépuscule 

des mensonges

SYNOPSIS DISPONIBLES SUR DEMANDE POUR ADAPTATION TV/ CINEMA

 
Forêt Spooky

Presse

Cliquez sur chaque      

 

pour lire chaque article

 
 

L'auteur

De ses nombreuses origines : belge, française, espagnole, yougoslave, polonaise et hongroise, Christophe Coquin puise les personnalités de ses personnages à travers des romans qui sont pour lui, des périodes de vies, des biographies ponctuelles de chacun de ses personnages à qui, il transfère une partie de lui-même et tout particulièrement à Viktor Kurt !

Après un premier roman : "Le crépuscule des mensonges" qui se déroule à Paris sous l'occupation allemande et qualifié par Jean Chalon, comme Le roman rose des années noires, Christophe se consacre désormais à l'écriture de polars à travers Viktor Kurt, un enquêteur pas tout à fait comme les autres...

Il est aussi l'auteur d'un témoignage "Faut-il te pardonner?"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préface de Jean Chalon d' "INTERNES"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christophe Coquin est un romancier né. C’est rare, très rare, et il le prouve avec ce roman en créant un personnage éminemment romanesque : VIKTOR. Si deux hommes pouvaient s’unir pour engen- drer un enfant, Viktor serait le fils de Vautrin et de Maigret.

De Vautrin, Viktor a le cynisme. De Maigret, il a la perspicacité. Inoubliable Viktor qui s’impose à son lecteur comme s’imposent aussi les personnages secondaires qui l’entourent, leur ténébreuse atmosphère et leurs terrifiantes actions. On a peur, on tremble, on est conquis !

Christophe Coquin a créé un personnage qui risque de figurer dans la légende littéraire de notre vingt et unième siècle. L’avenir nous le dira, et nous dira aussi si Viktor passe dans le langage commun pour désigner un policier vraiment pas comme les autres : un viktor...

En attendant, c’est moi qui demande, implore, exige, la suite des passionnantes enquêtes de notre cher Viktor.

---------

Viktor est le descendant direct du Vautrin de Balzac et du Maigret de Simenon.

 

L'ange du bizarre qu'ignoraient Vautrin et Maigret guide les pas de Viktor en d'insolites enquêtes et en des endroits encre plus insolites qui font penser à certains décors des grands romans gothiques anglais.

 

Et tout cela en des pages flamboyantes qui brûlent agréablement le lecteur qui devient ainsi le compagnon de Viktor.


Christophe Coquin, visiblement, n'ignore rien de l'art des métamorphoses à faire pâlir d'envie Ovide lui-même !

Préfaces de Jean Chalon, biographe d’Alexandra David-Neel, Marie Antoinette, Natalie Barney, Colette, George Sand, Liane de Pougy, Lola Florès, Thérèse de Lisieux... est un écrivain et journaliste qui a réalisé l’essentiel de sa carrière au Figaro.

"Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
 Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent."

Charles Baudelaire- Au lecteur-

Actualités

VIENT DE PARAITRE

Viktor Kurt, encore en un peu plus brisé qu’auparavant par un drame survenu dans sa vie trois mois plus tôt, est envoyé à Paris à la demande son amie Abigaël Gurtvard, la commissaire principale de Bruxelles.

Le ministre des Affaires étrangères belge veut qu’il aide la police parisienne à mettre la main sur un tueur en série nécrophile dont 

la dernière victime est la femme de l’ambassadeur de Belgique à Paris. Elle a été retrouvée dans la chambre d’un palace de la capitale française, entourée d’une mise 

en scène d’un esthétisme exceptionnel. 

Après avoir vu les photos du cadavre, Viktor accepte sa mission avec excitation. ll va alors devoir collaborer avec Carol Youssoupoff, jeune inspectrice française, respectueuse des procédures juridiques établies en opposition complète avec ses méthodes. Lui comprend qu’il faut avant tout cerner la personnalité de l’assassin qui ne suit pas le schéma habituel des tueurs en série, puisqu’aucune de ses précédentes victimes ne présente apparemment de point commun de leur vivant. Seuls leur mise à mort et leur viol post-mortem font partie du rituel méticuleux appliqué par le criminel. 

En suivant ses procédés instinctifs toujours sur le fil de la légalité et entre cocaïne, 

scarifications, mal-être grandissant, isolement et autodestruction, Viktor s’efforce, une nouvelle fois, de tenir son rôle d’enquêteur en étant de plus en plus obsédé par une pensée : se perdre définitivement pour enfin, atteindre sa propre mort.

Dans le cerveau,

la mort

Une enquête de

Viktor Kurt

 
 

Contact

Pour contacter Christophe Coquin par email: auteur.roman@icloud.com

Pour contacter le Service Presse par email: marikadaures33@gmail.com